2020...

Maltese

Une bande de potes. Un salon aisé et fluide. Deux filles discutant les jambes repliées sur elles-mêmes, pieds nus. Un garçon assis, songeur, fixant un point vide, en fumant. 

 - Alors, Maltese, tu penses à quoi ? demande l’une d’elles. 

 Maltese, comme à son habitude, sombre et étrange : 

 - Je sais pas, je pense à la distance, au bon équilibre entre les gens, dans leurs relations, je me perds. 
 
 Les yeux ouverts, et le corps allongé, des mains douces passent sur ses boucles, comme le regard d’un enfant. Les deux visages réguliers des filles, lançant des regards de quiétudes, des regards d’ententes. Comme des mères, c’est rassurant. 

 Plus tard dans la journée. Une ruelle vide et des lampadaires jaunissants. Le pas lourd, Maltese s’engage dans l’impasse.